Interview du Dr Olivier Barber sur les anti-inflammatoires dans le sport.

"(...) il n'y pas que les comprimés anti-inflammatoires pour se soulager."
Olivier Barber est médecin du sport au CHU Lapeyronie de Montpellier et au CH de Béziers. Ancien sportif de haut niveau classé 2/6 au tennis et trois fois champion de France au rugby en championnat universitaire, c’est tout naturellement qu’il accompagne aujourd’hui l’équipe professionnelle du Montpellier Hérault Rugby (MHR).

ITW du Dr Olivier Barber (1)

Comment pourriez-vous expliquer la surconsommation d'anti-inflammatoires chez le sportif ? 
Il ne faut pas faire une généralité car ce n'est pas le cas pour tous les sportifs. En revanche, on peut constater que le sportif aime pratiquer son sport sans gêne dans un objectif de performance. On se rend compte que sur des douleurs fréquentes comme les tendinopathies, elles sont bien soulagées par les anti-inflammatoires ce qui pourrait expliquer cette surconsommation. 

D'après vous, quels sont les dangers pour la santé du sportif lorsqu'une surconsommation est présente ? 
Les anti-inflammatoires ont plein d'effets secondaires et leurs utilisations doivent-être réalisées sous contrôle médical. En somme, il y a des contre-indications formelles et d'autres qui sont plus relatives. 
Dans le cas de prise d'autres traitements, ils peuvent avoir des effets synergiques délétères. Notamment avec les médicaments anticoagulants, antiagrégants ou dans le cas de traitements utilisés dans l'hypertension artérielle ou l'insuffisance rénale, car ils diminuent la perfursion rénale. Il y a aussi des effets sur le système digestif, qui se traduisent par des troubles qui peuvent être benins mais cela peut aller jusqu'à des ulcères gastriques qui ne sont pas toujours symptomatiques. Ils sont d'ailleurs formellement contre-indiqués en cas d'antécédents d'ulcères gastriques ou d'hémorragies digestives.
Le risque d'une réaction allergique est aussi à prendre en compte, mais elle est commune à tous les médicaments. De plus, cas de suspicions d'infections, notamment si elles sont d'origines dentaires, ils peuvent aggraver les infections et créer des problématiques qui n'étaient pas présentes initialement. Il faut également être vigilant surtout dans certaines pathologies où la prise d'anti-inflammatoires pourrait expliquer une décompensation ou l'origine de l'aggravation de la pathologie. Ce sont les principaux effets secondaires car la liste est exhaustive, mais ils concernent moins le sportif mais plutôt les patients qui présentes plusieurs pathologies.
 

undraw_medical_care_movn

Quels sont les signes identifiables d'une surconsommation chez un sportif ? 
En tant que médecin il est difficile de contrôler leur utilisation car il y a des anti-inflammatoires en libres accès en pharmacie. Mais un patient qui aurait une surconsommation inappropriée pourrait se manifester par des symptômes digestifs, entre autres, sur lesquels il faut être alerte. Si un sportif se plaint de douleurs abdominales, il faut toujours chercher si la cause ne serait pas due à une automédication. Après nous n'avons pas de visibilité, c'est pour cela qu'il faut informer les sportifs sur les risques pouvant être délétères pour leur santé. Certes, ils diminuent les douleurs, mais la pratique d'un sport avec une blessure soulagée de manière temporaire par un médicament peut à la longue s'aggraver et donc induire une blessure beaucoup plus importante. Les anti-inflammatoires peuvent apparaître comme une solution efficace pour soulager les douleurs sur certains types de blessures. En revanche pour certaines, sans traitement complémentaire adapté, ils ne seront pas suffisant pour les guérir définitivement.
Il faut plutôt optimiser le traitement de la cause pour que le sportif puisse reprendre sa pratique à 100%.

Lors de votre spécialisation en médecine du sport, la surconsommation d'anti-inflammatoires est-il un sujet abordé ? 
Durant les études de médecine nous avons eu une éducation accès sur les effets des traitements, sur leurs indications et leurs contre-indications. Mais concernant la surconsommation de certains médicaments le sujet n'est pas abordé. Quoi qu'il en soit, ce type de comportement est rapidement symptomatique chez les patients. 

En tant que médecin, avez-vous déjà ressenti une pression de la part de l'entourage du sportif (entraîneurs, amis, famille) ou du sportif lui-même pour une prescription d'anti-inflammatoires ? 
Je n'ai jamais ressenti de pressions particulièrement par l'entourage d'un sportif. Cependant, dans les clubs de sports, j'ai déjà eu des demandes de prescriptions d'anti-inflammatoires pour des douleurs qui parfois n'étaient pas justifiées. A ce titre, il suffit de bien expliquer les raisons et de montrer que cette décision est dans l'intérêt du patient. En tout cas, je n'ai jamais eu d'expériences négatives lors d'une demande particulière d'un sportif que je n'aurai pas accepté. 

Connaissez-vous des alternatives naturelles ayant des propriétés anti-inflammatoires ? 
Oui, il y a plein d'alternatives. L'inflammation est un sujet vague. C'est pourquoi il y a d'autres aspects à prendre en compte notamment l'alimentation, dont la micronutrition qui est souvent associée à des phénomènes inflammatoires généraux sur lesquels on peut influencer.
Après il y a d'autres médecines naturelles qui prétendent avoir des qualités anti-inflammatoires, mais je ne les connais pas. Quoi qu'il en soit il est important de souligner qu'il n'y a pas que les comprimés anti-inflammatoires pour se soulager. Il y a aussi de nombreux traitements naturels à étudier. 


 

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Expédition rapide
Livraison en 3 jours ouvrés
Service client
À vos côtés 7j / 7 !
Avantage parrainage
-10% en devenant parrain!

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,